Service gratuit et accessible Ă  tous

Créer un blog design

Florian Sempey Baryton

Crédit photos: Occurences, Cyril Cosson Photographie

Crédit photos: Pierre Virly

« Triomphateur de la soirĂ©e, Florian Sempey est un Figaro d'exception, qui n'a pas Ă  rougir de la comparaison avec les rĂ©fĂ©rences de la discographie. Le timbre est beau, l'Ă©mission ferme, l'aigu plein et sonore, les vocalises parfaitement en place. Quant Ă  l'incarnation, c'est un miracle de verve et de subtilitĂ© dans les nuances. Du trĂšs, trĂšs grand art, qui hisse le jeune baryton français aux tout premiers rangs sur le plan international.» - Richard Martet – OpĂ©ra Magazine

S'il est un rÎle qui accompagne le début de carriÚre tonitruant du baryton Florian Sempey, c'est bien le Figaro d'Il Barbiere di Siviglia de Rossini. AprÚs l'avoir déjà incarné triomphalement sur les scÚnes prestigieuses de l'Opéra de Paris, du Royal Opera House de Londres, du Festival Rossini de Pesaro et de l'Opera di Roma, il le retrouve cette saison 2017/2018 à l'Opéra de Paris, mais encore sur les planches du Théùtre des Champs-Elysées, de l'Opéra de Marseille, du Grand Théùtre du Luxembourg et des Chorégies d'Orange.

Si Donizetti n'est pas en reste lors de cette saison, avec les débuts de Florian Sempey dans les rÎles de Malatesta (Don Pasquale) à l'Opéra de Paris et sa reprise du rÎle d'Enrico (Lucia di Lammermoor) à l'Opéra national de Bordeaux-Aquitaine, le baryton est par ailleurs à nouveau invité au Royal Opera House de Londres, cette fois pour Schaunard (BohÚme) et Papageno (Die Zauberflöte).

Enfin, dans un cadre plus intime, il participe à la saison de récitals parisiens « Instant lyrique », accompagné au piano par Antoine Palloc et donne un concert à l'HÎtel des Invalides de Paris.

ParallÚlement à ses études pianistiques, Florian Sempey débute sa formation de chant lyrique dans la classe de Françoise Detchnenique au Conservatoire de Libourne. Il intÚgre en 2007 le Conservatoire national de Bordeaux dans la classe de Maryse Castets et remporte l'année suivante le premier prix « Opéra » ainsi que le « Prix du public » du concours de chant des « Amis du Grand Théùtre - Opéra national de Bordeaux ».

Il fait à 21 ans ses débuts sur la scÚne de l'Opéra national de Bordeaux, dans le rÎle de Papageno et y reviendra ensuite réguliÚrement, incarnant les rÎles d'Anténor dans Dardanus, MoralÚs dans Carmen, Yamadori dans Madama Butterfly, Pollux dans Castor et Pollux, et le rÎle-titre des Nozze di Figaro.

En 2010 il intÚgre pour 2 ans l'Atelier lyrique de l'Opéra National de Paris et apparaßt les saisons suivantes dans de nombreuses productions (Platée, Rigoletto, Alceste, Madama Butterfly , Street Scenes, L'Heure Espagnole, La Finta Giardinera , La Traviata) ; le prix Carpeaux de l'Opéra Garnier lui est décerné en 2012.

En 2013 il est nommé dans la catégorie « Révélation Artiste Lyrique » aux Victoires de la Musique classique.

La jeune carriÚre de Florian Sempey l'a déjà mené à se produire à l'Opéra de Paris dans de nombreux rÎles, dont celui de Papageno (Die Zauberflöte), à l'Opéra de Cologne et l'Opéra Grand Avignon pour le rÎle d'Enrico (Lucia di Lamermoor), au Dutch National Opera d'Amsterdam pour sa prise de rÎle de Valentin (Faust de Gounod), au Deutsche Oper Berlin pour Alfonse XI (La Favorite), au Drottningholms Slottsteater en SuÚde et à l'Opéra royal de Versailles pour ses débuts dans le rÎle du Comte (Le Nozze di Figaro), à l'Opéra-Comique de Paris pour le Docteur Falke (Die Fledermaus), à l'Opéra de Marseille pour Cecil (Maria Stuarda), à l'opéra de Limoges pour ses débuts en Dandini (La Cenerentola), ainsi qu'à l'Opéra de Saint-Etienne pour les rÎles de Duparquet (Ciboulette), du chef Touranien (Le Mage) et le rÎle-titre d' Il Barbiere di Siviglia.

Au concert on l'a entendu dans les Lieder eines fahrenden Gesellen de Mahler au cĂŽtĂ© de l'Orchestre National du Capitole de Toulouse, le PoĂšme de l'amour et de la mer de Chausson avec le NDR Sinfonieorchester, la Messa di Gloria de Puccini avec l'Orchestre National de France, dans les rĂŽles de Zurga (Les PĂȘcheurs de Perles) avec l'Orchestre national de Lille, Hidraot (Armide de Gluck) avec les Musiciens du Louvre, Claudio (BĂ©atrice et BĂ©nĂ©dict) avec l'Orchestre de l'OpĂ©ra national de Paris, Ramiro (L'Heure espagnole) avec l'Orchestre national Bordeaux-Aquitaine, Jupiter/Tiresie (NaĂŻs de Rameau) avec le Centre de Musique Baroque de Versailles, Bajazet (Tamerlano de Vivaldi) avec Les Accents.

Il s'est également produit dans La Jacquerie de Lalo avec l'Orchestre Philharmonique de Radio-France, Saint-François d'Assise de Gounod avec l'Orchestre de chambre de Paris, Carmina Burana avec les Choeurs de l'Orchestre de Paris, un programme «Offenbach» avec l'Orchestre national d'Ile-de-France, ou encore en concert avec l'Orchestre Pasdeloup, avec Insula Orchestra pour l'ouverture de la « Seine Musicale » sur l'Ile Séguin, ainsi qu'en récital à l'Opéra national de Bordeaux et aux Chorégies d'Orange, accompagné par le pianiste Jeff Cohen.